Avec l’appui de « ACTION AID/RDC », CONAFED a formé plus de 50 femmes de la Commune de Kisenso à Kinshasa sur le genre et Droits Humains

0
41
Mme Patricia Onden Tumika, facilitatrice de l’atelier
Mme Patricia Onden Tumika, facilitatrice de l’atelier

 

Appuyé par « Action Aid/RD Congo », le Comité National Femme et Développement (CONAFED) a organisé, du 6 au 8 juin 2017, un atelier de renforcement des capacités à l’intention des femmes maraichères et vendeuses, de la Commune de Kisenso à Kinshasa. Le thème choisi a été : « Approche des Droits Humains Basés sur le Genre pour la réduction de la pauvreté (HRBA)». Les travaux ont eu lieu dans la salle de réunion du « Projet villes sûres » du CONAFED situé sur la Rue Matota n°2, Quartier Mujinga dans la même commune.

En effet, plus de 50 femmes maraichères et vendeuses de Kisenso ont bénéficié de cette formation, avec la facilitation de Mme Patricia ONDEN TUMIKA, Chef de Projet et Mr Fabrice KANKU d’Action Aid/RD Congo. Les objectifs poursuivis étaient entre autres, de pouvoir familiariser les femmes à l’Approche des Droits Humains Basés sur le Genre « ADHBG » ainsi qu’aux différents outils participatifs qu’elles utiliseront dans le cadre du processus de réflexion-action.

Il en était également question d’aider les femmes à maîtriser les concepts de genre, de masculinité, de violence à l’égard des femmes et des jeunes filles dans les espaces urbains, ainsi que le concept de services publics qui intègrent la dimension genre. En outre, aider les femmes dans la mise en place des stratégies du changement de la communauté, partant de l’échelle locale jusqu’au niveau national sur base de l’Approche ADHBG.

A en croire la facilitatrice de la formation, Mme Patricia Onden Tumika, c’est une approche purement « Action Aid », qui permet de familiariser les femmes sur les questions de genre, des violences et des droits humains. « Ces dernières devront acquérir des compétences de plaidoyer », a-t-elle dit.

La journée de mardi 6 juin dernier, a été axée sur l’étude et l’identification des problèmes de Kisenso, l’approche basée sur le genre et les droits humains selon Action Aid. Ici, les femmes ont eu à ressortir et identifier des problèmes rencontrés dans leurs familles et milieux du travail, ainsi que dans la communauté en général. Elles ont porté leur attention sur les solutions que cette approche basée sur le genre peut apporter. Mercredi 7 juin, une pratique participative avec les bénéficiaires a dominé les travaux du jour. Avec comme thématiques, les analyses de droits, de vulnérabilité, de risques, de communication, etc. Ceci, pour aider la femme à savoir comment agencer et orienter ses activités de plaidoyer, des groupes et de partage. Tout ce qui est décision de la femme.

Signalons par ailleurs que les niveaux élevés de violences faites aux femmes sont entretenus par des rapports de pouvoir inégaux entre les sexes, une ignorance répandue des droits des femmes dans toute la société et des normes sociales rétrogrades profondément enracinées. A cela s’ajoutent, la trop faible application des textes légaux pour protéger les femmes contre différentes formes des violences. C’est pourquoi, Comic Relief et Action Aid, par le truchement du CONAFED, ont mis en œuvre le projet : « Des villes sûres : améliorer la sécurité, la mobilité et les services publics pour les femmes et des jeunes filles dans les villes, spécifiquement dans la Commune de Kisenso.»

Les travaux en atelier ont pris fin ce jeudi 8 juin 2017.

Il sied de signaler qu’après les femmes, les jeunes de Kisenso ont été également formés sur le genre et droits humains du 12 au 14 juin 2017.

Par Géneviève MULOBO

LEAVE A REPLY