Mission de visite des activités de Diakonia/Suède à Matadi et à Songololo dans la Province du Kongo-Central, et à Kingakati et Menkao au Plateau des Batékés à Kinshasa.

0
85

Du 22 au 27 mars 2017, Mme Sara Taylor, Directeur Adjointe et Chargée de Communication de Diakonia pour Région Afrique au Bureau de Nairobi au Kenya, a effectué une mission de suivi des activités dans les 4 sites du Projet de contribution à l’autonomisation économique et politique des 330 femmes paysannes dans les Provinces de l’Equateur, du Kongo-Central et à Kinshasa.

L’objectif de la mission était de s’assurer, auprès des bénéficiaires, du déroulement des activités du projet appuyées par Diakonia et la Coopération Suédoise (Agence Internationale Suédoise de Développement) et de préparer le séjour de l’Eglise Fiskebäck de Suède prévue en octobre 2017.

Lors de cette mission, l’équipe était composée de Mme Sara TAYLOR, Jeanfall MALILO (Chargé de Programme Diakonia/RD Congo) et de Rodin MUVUYU (Chargé des Programme CONAFED). Dans les sites de Mpozo à Matadi et de Kuyula à Songololo, l’équipe du REFED/Kongo-Central s’était jointe à cette délégation tandis que dans les sites de Kingakati et de Menkao, c’est celle du REFED/Kinshasa qui l’a accompagnée.

A Matadi, la délégation a présenté ses civilités au Ministre Provincial d’Agriculture, Pêche, Elevage et du Développement Rural, de l’Environnement, de la Conservation de la Nature et du Tourisme, Mr Pierre KABANGU NSALAMBI, et l’informer de la poursuite du projet.

Dans chaque site, Mme Sara s’était entretenue avec les femmes maraîchères à Mpozo, agricultrices à Songololo/Kuyula, à Kingakati et à Menkao au Plateau des Batékés à Kinshasa.

Sur l’ensemble des activités visitées, les femmes bénéficiaires ont exprimé leur satisfaction quant aux semences agricoles, aux matériels aratoires, aux frais de location de tracteur et aux formations dont elles ont bénéficiés. Elles ont également souhaité l’augmentation de la quantité de semences agricoles pour les saisons culturales prochaines afin de renforcer leur production par rapport aux besoins familiaux.

Notons que la promotion de l’intégration du genre dans la vie familiale et communautaire étant le cheval de bataille du CONAFED, certaines femmes étaient accompagnées de leurs époux, preuve de la mise en pratique des connaissances acquises lors des formations.

Dans les quatre sites visités, Mme Sara a trouvé des femmes et des hommes déterminés à améliorer les conditions de vie de leurs ménages et que cette méthode de travail prouve à suffisance la volonté de contribuer à l’épanouissement de leurs enfants au plan scolaire, sanitaire, alimentaire et social.

Rodin MUVUYU

LEAVE A REPLY