Dans un message de paix lu devant la presse, Les Ong de la société civile lancent un appel à la conscience citoyenne contre la haine tribale

Des représentants des OSC membres du consortium « Gouvernance et Dignité pour Tous »

Les organisations de la société civile (OSC) membres du consortium « Gouvernance et Dignité pour Tous » lance un appel à la conscience citoyenne, à la tolérance, à l’apaisement et  contre la haine tribale au peuple congolais tout entier, aux médias et aux institutions d’appui à la démocratie. Cela, en rapport avec le contexte socio politique actuel de la République démocratique du Congo.

C’est ce qu’ont déclaré les représentants de ces organisations dans un message de paix lu par le coordonateur de la Nouvelle société civile congolaise, Jonas Tombela, au cours d’une conférence de presse tenue au Centre d’accueil « CARITAS », dans la commune de la Gombe.

Il s’agit de l’ Association Congolaise pour l’Accès à la Justice, ACAJ ; du Centre d’Etudes Handicap, Justice et Résolution 1325, CEHAJ 1325 ; du Comité National Femme et Développement, CONAFED ; de Femmes des Médias pour la Justice au Congo, FMJC ; de la Justice et Paix Congo, CEJP ; de la Ligue des Jeunes pour la Renaissance du Congo, LYREC ; de la Nouvelle Société Civile Congolaise, NSSC ainsi que de la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme, VSV.

Voulant prévenir la résurgence de la violence et éviter que le pays plonge une fois de plus dans une crise profonde, les organisations de la société civile membres du Consortium Gouvernance et Dignité pour Tous, condamnent avec la dernière énergie ces dérivés.

Elles  rappellent que la paix et la démocratie se construisent avec tous les citoyens de la RDC, quels que soient leurs différences ; leurs origines et leurs désaccords. Aussi, « que les élections du 30 décembre 2018 et l’alternance politique pacifique au sommet de l’Etat sont des victoires de tous les congolais, d’où qu’ils viennent sur le territoire national, quelle que soit leur appartenance ethnique ou leur origine ; et que l’incitation à la haine tribale et la discrimination tombent sous le coup de la loi ; elles exposent leurs auteurs et complices à des poursuites et aux sanctions judiciaires aussi bien sur le plan national qu’international », soulignent-elles dans cette déclaration. Avant d’ajouter que le peuple congolais reste un et indivisible. Il est engagé pour l’instauration d’un véritable Etat de droit en RDC et l’amélioration de ses conditions de vie.

Ainsi, elles recommandent au gouvernement de mettre en application le discours d’investiture du chef de l’Etat s’agissant de la lutte contre le tribalisme et la division  en vue de consolider la nation congolaise et de reconstruire le pays. Au Procureur Général, de se saisir d’office de toute personne qui se rendrait coupable, complice ou instigateur des actes de haine tribale ou de violence.

Les dirigeants de tous les partis politiques, toute tendance confondue, sont appelés à condamner la montée de la haine, des actes et violences à caractère tribal, d’intolérance politique et d’incitation à de tels actes. Par conséquent il leur est demandé d’éduquer leurs membres et leurs militants à la culture de la paix, à la non-violence et à des revendications pacifiques en vue de promouvoir le patriotisme et de contribuer à la reconstruction de la nation.

Aux Leaders Communautaires et religieux, la société civile leur recommande de faire bannir auprès des populations à la base, tout comportement ou discours haineux, tribaliste et xénophobe et de les éduquer  à promouvoir le vivre ensemble et la paix, des valeurs qui sont des facteurs-clé du développement radieux pour la nation Congolaise.

Vu le rôle important que jouent les médias dans la société, les Ong membres de ce consortium demandent au Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), d’appliquer le Droit et de prendre toutes les mesures nécessaires afin de tenir responsable les auteurs de ces propos et d’en prévenir la diffusion ; de promouvoir le patriotisme et la culture de la paix. Et aux médias d’intensifier les messages d’unité, de la paix, de tolérance, de cohésion nationale et de la reconstruction du pays.

Il sied de signaler que cette conférence de presse a été animée tour à tour par MM. Jonas Tombela de la NSCC, de Me Justus de LYREC, de Rodin Muvuyu du CONAFED et Mme Keneth Enim de FMJC.

Génie Mulobo