Caravane motorisée : les femmes leaders de Kisenso réclament un accès aux services sociaux de base

Les femmes et filles de Kisenso réclament un accès aux services sociaux de base. Elles demandent de l’eau, de l’électricité et la sécurité pour tous. Elles l’ont exprimé vendredi 27 septembre 2019, à travers une caravane motorisée organisée par le Comité National Femme et Développement (Conafed) avec l’appui de l’Ong Actionaid/RDC. La caravane a eu comme cible principale, les bureaux de la Snel et de la Regideso où un mémorandum a été déposé. Le point de chute, la maison communale de Kisenso devant les autorités communales et les représentants du Conafed et Actionaid.  Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet « Villes Sûres » qui a pour but de sécuriser la population en générale et les femmes et jeunes filles en particulier contre les violences faites aux femmes dans la commune de Kisenso. 

« Nous avons beaucoup de problèmes à Kisenso. Cette commune a besoin de se développer. Ensemble, nous sommes capables de trouver des solutions à nos problèmes. Que chacun mette la main à la pâte  pour y arriver », a lancé le Bourgmestre de la commune de Kisenso, Jacques Bile, dans son adresse.

Selon Mme Jeanne Nzuzi Nsamba, Secrétaire permanente du Conafed, cette activité a été organisée dans le cadre du plaidoyer. Le plaidoyer que son organisation mène pour que la population de Kisenso, spécifiquement les femmes et les jeunes, puissent avoir accès aux services sociaux de base. Notamment : l'eau, l'électricité, la police de proximité pour leur sécurité, la route … pour vivre sans violences. Car, l'absence de l'eau et de l'électricité est à la base de l'insécurité et de toute sorte des violences faites à la femme et à la jeune fille de Kisenso. Dans le souci de voir les droits des femmes respectés, elle a remercié l’Ong ActionAid/RDC, le bourgmestre ainsi que la police pour leur accompagnement dans la concrétisation du projet « Villes sûres et sécurisées ».

Prenant la parole à son tour, le Représentant pays d’Actionaid, Saani Yakubu a fait savoir que son organisation réitère son engagement d’accompagner le Conafed et la communauté de Kisenso dans cette lutte pour aboutir à des solutions durables.

De son côté, la représentante des jeunes, Meda Kasombo a demandé aux autorités de multiplier des centres de formation pour que des pratiques néfastes soient bannies dans la commune de Kisenso. Elle a plaidé pour que leur memo soit pris en compte par les autorités.

Signalons qu’à la Snel le mémo a été déposé par Mme Théthé Nsanda, femme leader de Kisenso au responsable local de cette entreprise. Par contre, à la direction provinciale de la Regideso, l’équipe a été déçue de l’absence des responsables ou agents pour recevoir le mémo des femmes de Kisenso. Le coordonnateur de la cellule d’évaluation  et de suivi du Plan communal du développement de Kisenso(CCD), Gurshom Mbele Nsemi s’est expliqué : « Nous déplorons le refus des responsables communaux de la Regideso d’accueillir ses abonnés venus réclamer leur droit, celui d’avoir de l’eau. C’est un sabotage », a-t-il conclu.

Cette activité a été agrémentée par un groupe théâtral de cette commune.

Génie Mulobo