Le Conafed lance son projet de lutte contre la covid-19 à Kinshasa

Le Représentant de DIAKONIA et la Secrétaire Permanente du Conafed remettant des vivres et kits de lavage des mains à une famille vulnérable de Maluku

Le Comité National Femme et Développement (CONAFED) a lancé, mercredi 10 juin, le projet de lutte contre la COVID-19 dans 6 Communes de la ville de Kinshasa. Il s’agit de Maluku, Lemba, Limete, Bumbu, Kintambo et Ngaliema. La cérémonie du lancement a eu lieu à la maison communale de Maluku. Un projet financé par l'ambassade du royaume de Suède en RDC et appuyé par l'Ong DIAKONIA.

Différentes personnalités ont pris part à cette activité à savoir, le Conseiller chargé des questions juridiques au sein du ministère du genre représentant la ministre, M. Arthur Matengo ; l’Ambassadeur du Royaume de Suède ; le Chef de mission de l’ambassade de Suède ainsi que son chargé de coopération ; le Chargé de programme de Diakonia, M. Noël Kabeya ; le bourgmestre de la commune de Maluku, M. Jacques Munze, le Procureur du Parquet de Grande Instance de Kinkole; le Médecin Chef de zone de santé de Maluku, le Médecin directeur de l’hôpital général de référence de Maluku 1.

Une vue des participants à cette cérémonie

Le projet poursuit entre autre comme objectif, de sensibiliser la communauté de la ville de Kinshasa et spécifiquement de ces 6 Communes sur l’existence de la pandémie. Il s’agit aussi de solliciter leur engagement dans cette lutte. Le Conafed veut également prévenir et lutter contre les violences sexuelles basées sur le genre liées à cette période de confinement. Et enfin, assurer la prise en charge psychosociale des victimes de covid-19.

De gauche à droite, le Représentant de Diakonia, le représentant de la ministre du Genre, le bourgmestre de la commune de Maluku, Madame la Secrétaire permanente du Conafed et l'assistance du projet VSBG

Les activités retenues sont notamment la sensibilisation de la population, la distribution des kits (kits hygiéniques seaux avec robinets et grands tonneaux de 120 litres qui seront placés dans des lieux publics dont l’entrée de marchés, de Centres de santé, des maternités, parkings et autres ; des gels hydroalcooliques); des vivres et intrants agricoles qui sont distribués aux familles vulnérables face à la pandémie.

Le représentant de la ministre d’Etat, ministre du genre, famille et enfant, Arthur Matengo a encouragé l’initiative telle que lancée par le CONAFED. Il a incité cette organisation à continuer à sensibiliser la population face à la pandémie de COVID-19. Il a rappelé les grandes lignes de la stratégie nationale révisée de lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) signée par la ministre du genre le 6 juin dernier. Celui-ci vise à protéger et promouvoir les droits des femmes.

Prenant la parole à son tour, le Chargé de programme à l’ONG internationale Diakonia, Noël Kabeya a loué le travail remarquable de la société civile dans l’autonomisation de la femme, tout en appuyant le CONAFED à poursuivre ce projet afin d’éradiquer cette pandémie. Il a remercié et encouragé toutes les parties prenantes dans cette activité de sensibilisation sur la covid-19.

La secrétaire permanente du CONAFED, Jeanne Nzuzi, a insisté sur la sensibilisation. Pour elle, cette sensibilisation sera faite selon les stratégies et méthodes de mobilisation communautaires développées par le ministère de la santé par mégaphone sur les avenues de chaque aire de Santé, élaboration et distribution des dépliants avec des messages venus dudit ministère. « Nous sommes venus lancer ce projet à Maluku pour conscientiser les habitants de cette commune qui estiment que la covid-19 vienne de Kinshasa et ne concerne pas leur commune et pourtant Maluku est l’une des communes de la ville province de Kinshasa. Or, selon le médecin chef de zone se santé de Maluku, 2 cas de covid-19 ont été enregistrés dans sa municipalité. Il y a lieu de faire quelque chose par rapport à cette communauté qui compte 31 quartiers avec risque de contamination », a fait savoir la Secrétaire permanente du Conafed.

« Cette cérémonie consiste à la sensibilisation pour la prise de conscience de la population et le changement des comportements. Aussi, soutenir les familles les plus vulnérables de la pandémie en vivres, semences outils oratoires dans le cadre de la durabilité des actions, prévenir la période post pandémie, assurer l’autosuffisance alimentaire  », a-t-elle souligné.

A titre symbolique, des vivres ont été remis à une famille vulnérable identifiée par les relais communautaire de Maluku dont un kit de lavage de mains ; un sac de riz ; un bidon d’huile végétale ; des désinfectant, des semences, brèches et houes.

Génie Mulobo