JIF 2021 : Diakonia prône l’intégration du genre dans la mise en œuvre des projets à l’ère de la Covid-19

« Intégration du genre dans la mise en œuvre des projets à l’heure de la Covid-19 ». Tel est le thème choisi par l’Ong internationale Diakonia pour clôturer le mois de mars dédié à la femme, au cours d’une journée de célébration, de promotion du genre, d’échanges et de partage avec ses différentes organisations partenaires en République Démocratique du Congo. Cette activité a eu lieu mercredi 31 mars 2021, dans la salle Maranatha sur l’avenue Shaumba dans la commune de la Gombe.

L’objectif de cette journée était d’échanger sur la nécessité d’améliorer  l’intégration genre dans la mise en œuvre des activités de Diakonia réalisées avec ses partenaires. L’Ong internationale Diakonia souhaitait également avoir  une vision commune et une bonne compréhension de l’intégration genre dans le cycle des projets qu’elle met en œuvre avec le concours de ses partenaires.

Au regard du thème international de la JIF 2021, à savoir : « le leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 », le Directeur Pays Diakonia/RDC, M. Mishiki Mamboleo a indiqué que le combat pour les droits des femmes n’est pas encore fini. Il a rappelé que la Constitution de la RDC garantit déjà la parité et ce combat doit continuer pour la mise en application des différentes dispositions des lois en la matière.

Plusieurs exposés ont été présentés aux invités et participants à cette journée d’échanges. Il s’agit entre autres de la « politique d’intégration du Genre » par Mme Nelly Mutunko de Diakonia ; du « leadership d’excellence pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 » par FMJC ; « Femmes et élections » par la CEDJP ; de « l’autonomisation de la femme et de la jeune fille » par Mme Jeanne Nzuzi du CONAFED ; « la protection des femmes défenseures des Droits de l’Homme » par ACAJJ ; « Participation politique des femmes : Etat des lieux, bilans, perspectives »  par CEHAJ 1325 ; « le combat de la femme au sein de la société civile congolaise » par Rév Madifuta ; « la mise en œuvre de la 2250 à l’image de la résolution 1325 : quelles leçons tirées » par LYREC.

Mme Nelly Mutunko de Diakonia a axé son intervention sur la politique d’intégration Genre. Elle a souligné que l’objectif poursuivi par Diakonia est de faire en sorte que tous les projets appuyés contribuent à une plus grande égalité entre les sexes.

Parlant de l’autonomisation de la femme, Mme Jeanne Nzuzi, Secrétaire Permanente du Conafed a fait savoir que l'investissement dans l'autonomisation économique des femmes et des jeunes filles est la voie la plus sûre vers l'égalité des sexes, l'éradication de la pauvreté et une croissance économique inclusive.

Elle contribue à la réalisation d’un certain nombre d’Objectifs de Développement Durable (ODD). Elle a tout de même expliqué que les conditions pour qu’il y ait autonomisation sont : le changement des mentalités ; l’application des politiques et programmes ; un budget sensible au genre ; l’exploration de nouveaux domaines ainsi que la paix durable. Quant aux obstacles, il s’agit de l’analphabétisme et le niveau bas d’instruction; le manque d’accompagnement des initiatives innovantes des femmes; les us et coutumes; les violences sexuelles et basées sur le genre et autres.

Pour répondre à ces obstacles, la Secrétaire Permanente du Conafed estime que l’Etat devrait amener la femme à jouer un rôle actif dans le développement  et améliorer l’accès de la femme à la propriété foncière ; aux subventions et au crédit ; à l’accès aux infrastructures ; à l’éducation et à l’acquisition des compétences ; à la santé (santé de la reproduction) ; à la sécurité personnelle ; au vote et à la représentation ainsi qu’à l’égalité devant la loi. Elle a par ailleurs remercié l’ambassade de Suède pour son appui à travers l’Ong Diakonia.

Une visite de stands (exposition des activités des partenaires) et un match de football ont agrémenté cette cérémonie.

Génie Mulobo